Cookies sur le site web d'ACL
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité..

Mazda MX-30

Publié le 10.02.2021

L'électrique embelli


Mazda fait une fois de plus cavalier seul avec sa première voiture électrique, la MX-30. Là où les concurrents n’en ont jamais assez en terme de taille de batterie, les Japonais misent sur le concept du « rightsizing », selon lequel une autonomie adaptée à l’usage quotidien doit suffire, favorisant un poids et un bilan carbone plus faibles. En principe, il n’y aurait rien à redire, s’ils ne renonçaient pas à l’avantage associé par la même occasion.
 
En effet, la puissante batterie lithiumion située dans le plancher du véhicule, qui ne produit que 35,5 kWh, ne peut être chargée qu’en monophasé via le chargeur de courant alternatif embarqué, ce qui fait qu’une charge complète dure près de 4,5 heures.
 
Cependant, les clients exigeants sur l’esthétique peuvent immédiatement y trouver une objection : qu’à cela ne tienne, les belles choses peuvent se faire désirer. Il ne fait aucun doute que les concepteurs de Mazda font preuve d’une grande aisance stylistique, y compris dans la conception de leur premier crossover électrique. Comme son nom l’indique, le MX-30 long de 4,40 mètres arbore une carrosserie solide et élégante, surmontée d’un toit similaire à celui d’un coupé. La différence la plus frappante est celle des portes arrière qui s’ouvrent à l’envers, dans l’optique de présenter le siège arrière comme un canapé accueillant, mais leur ouverture à près de 90 degrés permet dans tous les cas une entrée confortable à l’arrière.
 

Liège, plastique recyclé et cuir végan

L’habitacle est l’un des points forts du MX-30. Non seulement parce que le cockpit, les aménagements et les matériaux sont de grande qualité et que tout est agréable au toucher. Ce qui attire l’œil, c’est la console centrale «flottante», qui abrite le levier de vitesses et la molette de commande de l’écran d’infotainment de 8,8 pouces situé  sur le tableau de bord, ainsi qu’un autre écran tactile de 7 pouces pour la climatisation.
 
La suppression du tunnel de   transmission a permis la création d’une zone de stockage supplémentaire au-dessous. Comme le compartiment devant la console, celle-ci est recouverte de liège – un hommage aux débuts de l’entreprise japonaise, fabricant de liège fondé en 1920 sous le nom de Toyo Cork Kogyo Co. À cela s’ajoutent des tissus fabriqués à partir de bouteilles en PET recyclées et un simili cuir blanc ou brun spécialement développé, qui se distingue à peine d’un cuir véritable par sa structure classique et son revêtement en silicone.
 
Concernant les amoureux de la nature : l’idée de limiter la taille de la batterie est née de la volonté de ne pas infliger dès le début au MX-30 un médiocre bilan carbone dû à la production extrêmement lourde en CO2 d’une grande batterie. L’heureux effet secondaire qui en découle est un poids « limité » de 310 kg ajouté au poids total de presque 1,7 tonne. Mais selon la norme combinée NEDC, la batterie Saft suffit pour 237 km (200 km selon la mesure WLTP). Ceux qui connaissent leurs besoins individuels en matière de mobilité et savent où ils peuvent régulièrement recharger leur véhicule pourront certainement s’en accommoder. De toutes façons, le MX-30 ne permet pas de faire des accélérations fulgurantes. En effet, la batterie relativement petite est reliée à un moteur électrique du même acabit, d’une puissance modeste de 145 ch (107 kW). Comme c’est souvent le cas avec les voitures électriques, l’entraînement et la décélération du MX-30 se contrôlent uniquement avec la pédale du moteur. Appuyez dessus pour une accélération complète ; la récupération d’énergie s’effectue progressivement lors du relâchement de la pédale et du freinage.
 
Le MX-30 ne sacrifie rien en matière de sécurité.  Au contraire, les solutions d’assistance électroniques du véhicule ont été encore renforcées. Par exemple, l’assistant de freinage d’urgence détecte désormais non seulement les piétons et les cyclistes, mais avertit également de l’imminence d’une collision grâce à une fonction supplémentaire
d’intersection lors d’un changement de direction.
 
En résumé : Le Mazda MX-30 est un cas à part. Les amateurs de raffinement esthétique apprécieront les lignes et les proportions agréables à l’extérieur et à l’intérieur, tandis que les partisans de l’écologie apprécieront la production de batteries plus respectueuses de l’environnement et l’utilisation accrue de matériaux recyclés. Pour le conducteur de tous les jours à l’esprit sportif, il manquera certainement de la puissance et de l’autonomie.
 

Voir la vidéo : 



Source de l'image : Mazda
Source du texte : Ampnet

Retour

Autres actualités

Campagne de l'éclairage et du pneu 2021

La campagne de la Sécurité Routière aura lieu cette année du 18 octobre au 18 novembre. Les...

Lire plus
16.09.2021

La Maison du Motard forme les formateurs de demain

L’ACL a organisé une semaine de formation à la conduite moto « Train the trainer », délivrée...

Lire plus
07.09.2021

Les conseils de l'ACL pour la rentrée des classes

Une nouvelle année scolaire commence et elle sera pour beaucoup d’enfants également le...

Lire plus
30.08.2021

Une rentrée hyperactive toute en mobilité

Un tour du Luxembourg à vélo, une semaine de la mobilité, une journée portes ouvertes ou...

Lire plus
30.08.2021