Cookies sur le site web d'ACL
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité..

Prélude à la conduite automatisée

Publié le 23.02.2022

Les aides à la conduite deviennent obligatoires

Ces aides à la conduite seront obligatoires pour les véhicules nouvellement homologués à
partir de cette année. La règle s’appliquera à tous les véhicules neufs à partir de 2024.

L’usage de systèmes d’assistance obligatoires, tels que le correcteur électronique de trajectoire (ESP) et le contrôle automatique de la pression des pneus (TPMS), s’est imposé comme une évidence au cours des dernières années. Dans leur volonté de renforcer la sécurité sur les routes, les États de l’UE ont prescrit de nouvelles aides à la conduite. Certains de ces dispositifs sont déjà présents sur les véhicules modernes et vous en avez peut-être déjà entendu parler.

Feux de freinage d'urgence

En cas de forte décélération (à partir de 6 m/s) à une vitesse supérieure à 50 km/h, l’automobiliste qui suit est averti en temps réel de la situation de danger par le clignotement des feux stop à une fréquence élevée. Si le véhicule s’arrête, les feux de détresse s’allument automatiquement. Le système est commandé par la pédale de frein (pression et course) ainsi que par l’ABS.
 

Assistance au freinage d'urgence

Lorsqu’une situation dangereuse est détectée, la voiture est automatiquement freinée par le système ABS afin d’éviter une collision. C'est notamment le cas lorsque le conducteur ne réagit pas ou trop tard, ou lorsqu'il n’utilise pas de manière optimale la puissance de freinage dont il dispose. L’assistance au freinage d’urgence met en œuvre des systèmes de caméra et de radar. Si les informations fournies par l’environnement extérieur sont insuffisantes, le dispositif se désactive de lui-même. La prochaine étape de développement de l’assistance au freinage d’urgence est e frein multicollision. En cas de détection d’un accident, le frein est automatiquement actionné afin d’éviter une collision consécutive ou d’en atténuer les effets.
 

Assistance au maintien dans la voie en cas d'urgence

Comme son nom l’indique, l'« Emergency Lane Keeping » (ELK) ne se contente pas d’avertir le conducteur quand il quitte sa voie de circulation, il intervient avec force sur la direction, contrairement au système bien connu du « Lane  Keeping Assist » (LKA). Il s'active dès que la voiture menace de se retrouver en sens inverse ou de sortir de la route du côté droit. L’automobiliste peut désactiver l’assistant de maintien de voie d’urgence (lequel se coupe d’ailleurs automatiquement en cas d’informations insuffisantes dues à un manque d’infrastructures routières). L’ELK reconnaît les voies de circulation grâce à une caméra, alors que des capteurs et un radar servent à mesurer la distance par rapport aux autres véhicules ou aux obstacles.
 

Assistant de vitesse intelligent

Tout dépassement de la vitesse autorisée vous est signalé par un indicateur sur le tableau de bord ainsi que par une pulsation de la pédale d’accélérateur. Il s’agit d’un système passif. L'« Intelligent Speed Assistance » (ISA) propose également une variante active : en cas d’excès de vitesse prolongé, la puissance du moteur est réduite via le  calculateur (les dépassements ne sont pas concernés). Le système peut être neutralisé en appuyant sur la pédale d’accélérateur et il peut aussi être désactivé. La reconnaissance des panneaux de signalisation est gérée par la caméra frontale, à laquelle s’ajoutent les données de votre système de navigation.
 

Détection de fatigue/contrôle de vigilance

Les mouvements des paupières sont enregistrés et comparés aux impulsions de direction du conducteur. Si le système « Driver Drowsiness and Attention Warning » détecte des mouvements inhabituels de la direction et des yeux, le conducteur en est aussitôt averti par un signal sonore associé à un avertissement sur le tableau de bord. Ce dispositif vise à prévenir les accidents causés par une diminution de l’attention ou par un moment de somnolence. Comme les données sont enregistrées, elles doivent être protégées et donc stockées dans un système fermé.
 

Assistant de recul

Le système « Reversing Detection » sert à protéger les piétons lors des manœuvres en marche arrière. Une caméra de recul associée à des capteurs à ultrasons permet de détecter les passants qui se trouvent derrière le véhicule. Le conducteur est averti d’une collision par un signal sonore et visuel à l’écran. Comme la visibilité n’est pas toujours optimale sur les véhicules modernes du fait des nouvelles formes de carrosserie, l’assistant de recul offre une protection supplémentaire (surtout utile pour les jeunes enfants). L’extension de ce système est un dispositif de freinage d’urgence.
 

L’installation d'un éthylotest anti-démarrage

L'« Alcohol Interlock Installation Facilitation » n’est qu’une interface standardisée – l’éthylotest proprement dit ne fait  pas partie du dispositif. Les automobilistes qui enfreignent la loi en conduisant sous l’emprise de l’alcool pourraient à l’avenir se voir imposer par la justice l’obligation d’utiliser cet éthylotest pour démarrer le moteur. Ces aides à la conduite seront obligatoires pour les véhicules nouvellement homologués à partir de cette année. La règle s’appliquera à tous les véhicules neufs à partir de 2024.


 

Des infrastructures routières insuffisantes

 

Le principal changement concernant les exemples présentés ici sera l’intervention de la technologie sur ce qui se passait jusqu’alors derrière le volant dans les situations d’urgence. Cependant, le conducteur restera toujours entièrement responsable de ses actes, car il ne s’agit là que d’aides à la conduite. Pour qu’ils soient acceptés au maximum par les automobilistes, les systèmes devront fonctionner de manière fiable, en harmonie avec l’infrastructure routière. Cela implique, entre autres, des panneaux de signalisation uniformes, des données de navigation toujours actualisées et une maintenance minutieuse des systèmes. Quoi qu’il en soit, nous nous approchons de plus en plus de la conduite automatisée.


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Retour

Autres actualités

Hybride ou électrique : les experts de l'ACL feront étape...

L’Automobile Club du Luxembourg organise une série de conférences publiques autour des...

Lire plus
13.02.2024

Rêves de printemps et d'été : Découvrez nos offres de...

Êtes-vous déjà pris par la fièvre du voyage pour le printemps et l'été à venir ? De nombreux...

Lire plus
13.02.2024

1904, la doyenne du parc luxembourgeois

120 ans que la Peugeot Type 69 d’Alain Friser avale les kilomètres et surtout les années...

Lire plus
13.02.2024

Mazda MX-30 R-EV : le retour du moteur rotatif

Le MX-30, qui existe également en version 100 % électrique, est un SUV compact, idéal pour...

Lire plus
13.02.2024