Cookies sur le site web d'ACL
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité..

Un rapport étrille la course au tout-électrique

Publié le 14.09.2023

L’UE risque d’échouer à devenir un leader mondial de l’industrie des batteries. C’est ce qu’avance un rapport publié fin juin par la Cour des comptes européenne.


La politique industrielle de l’UE en matière de batteries a certes été activement promue ces dernières années. Mais l’accès aux matières premières, l’augmentation des coûts et la concurrence mondiale féroce constituent des freins majeurs. Dès lors, les efforts déployés par l’UE pour produire davantage de batteries pourraient ne pas suffire pour répondre à la demande croissante. L’objectif « zéro émission » à l’horizon 2035 risque ainsi de ne pas être atteint, avertissent les auditeurs.

Près d’un nouveau véhicule sur cinq immatriculés dans l’UE en 2021 était équipé d’une prise électrique, et les voitures neuves à essence ou diesel seront interdites d’ici à 2035. Les batteries sont, de ce fait, devenues un impératif stratégique pour l’UE. Mais l’industrie européenne des batteries est à la traîne au niveau mondial. La Chine, en particulier, a une grande longueur d’avance avec 76 % de la capacité de production mondiale. Pour véritablement lancer l’UE dans la course mondiale aux batteries, la Commission européenne a publié en 2018 un plan d’action stratégique. Elle a concrétisé, pour l’essentiel, les principales mesures qui y sont prévues pour soutenir le secteur : elle a donné l’impulsion stratégique, élaboré la réglementation et assuré le financement.

« Les batteries ne doivent pas devenir le nouveau gaz naturel de l’Europe. Il faut éviter qu’elle se retrouve dans la même situation de dépendance : il en va de sa souveraineté économique » a déclaré Annemie Turtelboom, la Membre de la Cour responsable de l’audit. « En prévoyant d’interdire les voitures neuves à essence ou diesel d’ici à 2035, l’UE mise gros sur les batteries. Mais elle n’a pas toutes les cartes en main : l’accès aux matières premières, l’attrait pour les investisseurs et les coûts à supporter pourraient lui faire perdre son pari ».
 

1,7 milliard de subventions en cinq ans

Entre 2014 et 2020, pas moins de 1,7 milliard d’euros de subventions et de garanties de prêts ont été accordés à l’industrie des batteries. Viennent s’y ajouter les aides d’État à hauteur de 6 milliards d’euros autorisées entre 2019 et 2021, principalement en Allemagne, en France et en Italie. Les auditeurs ont cependant constaté que la Commission européenne n’a pas de vue d’ensemble du montant total des aides publiques accordées à l’industrie, ce qui empêche une coordination et un ciblage adéquats.

La capacité de production de batteries de l’UE se développe rapidement et pourrait passer de 44 gigawattheures en 2020 à 1 200 d’ici à 2030. Rien ne garantit toutefois que ces prévisions se concrétiseront. Elles pourraient en effet être compromises par des facteurs géopolitiques et économiques.

Premièrement, les producteurs de batteries pourraient délaisser l’UE au profit d’autres régions, en particulier les États-Unis, qui leur proposent d’importantes incitations financières. À la différence de l’UE, les États-Unis subventionnent directement la production de minéraux et de batteries ainsi que l’acquisition de véhicules électriques, pour autant que ceux-ci et leurs composants soient fabriqués sur le territoire américain.

Deuxièmement, l’UE est fortement tributaire des importations de matières premières, qui proviennent généralement d’un petit nombre de pays avec lesquels elle n’a pas conclu d’accords commerciaux : elle importe 87 % du lithium brut d’Australie, 80 % du manganèse d’Afrique du Sud et du Gabon, 68 % du cobalt brut de la République démocratique du Congo et 40 % du graphite naturel brut de Chine. L’Europe dispose de plusieurs réserves de minéraux mais, avec un délai minimal de 12 à 16 ans entre la découverte et la production, il est impossible de répondre rapidement à l’augmentation de la demande. Pourtant, les dispositions contractuelles actuellement prévues pour l’approvisionnement en matières premières ne permettent généralement de garantir la production que pendant deux ou trois ans. Pour remédier à cette situation, la Commission européenne a présenté en mars dernier une proposition de règlement sur les matières premières critiques.

Troisièmement, la hausse des prix des matières premières et de l’énergie pourrait compromettre la compétitivité de la production de batteries de l’UE. Fin 2020, le coût d’un bloc-batterie (200 euros/kWh) était plus de deux fois supérieur au niveau visé. Rien qu’au cours des deux dernières années, le prix du nickel a augmenté de plus de 70 % et celui du lithium, de 870 %.
 

Le report des objectifs à envisager

Les auditeurs pointent également du doigt l’absence de valeurs cibles quantifiées assorties d’échéances. On estime à quelque 30 millions le nombre de véhicules à zéro émission qui circuleront sur les routes européennes en 2030 et, à partir de 2035, la quasi-totalité des nouveaux véhicules immatriculés pourraient être équipés de batteries. Mais la stratégie actuelle de l’UE ne permet pas d’évaluer la capacité de son industrie des batteries à répondre à cette demande.

Compte tenu de tous ces éléments, les auditeurs envisagent deux scénarios alarmants qui pourraient se produire si la capacité de production de batteries de l’UE n’augmentait pas autant que prévu. Dans l’un, l’UE pourrait être forcée de repousser l’interdiction des véhicules équipés d’un moteur à combustion interne au-delà de 2035, ce qui l’empêcherait de réaliser ses objectifs de neutralité carbone. Dans l’autre, elle pourrait être tout simplement obligée de recourir en grande partie à l’importation de batteries ou de véhicules électriques, au détriment de l’industrie automobile européenne et de ses emplois, pour disposer d’un parc automobile constitué de véhicules à zéro émission à l’horizon 2035.

Retour

Autres actualités

Hybride ou électrique : les experts de l'ACL feront étape...

L’Automobile Club du Luxembourg organise une série de conférences publiques autour des...

Lire plus
13.02.2024

Rêves de printemps et d'été : Découvrez nos offres de...

Êtes-vous déjà pris par la fièvre du voyage pour le printemps et l'été à venir ? De nombreux...

Lire plus
13.02.2024

1904, la doyenne du parc luxembourgeois

120 ans que la Peugeot Type 69 d’Alain Friser avale les kilomètres et surtout les années...

Lire plus
13.02.2024

Mazda MX-30 R-EV : le retour du moteur rotatif

Le MX-30, qui existe également en version 100 % électrique, est un SUV compact, idéal pour...

Lire plus
13.02.2024