Magazine
Tests

BYD Seal Excellence AWD

Build Your Dream (BYD), constructeur chinois numéro 1 mondial de l’électrique depuis le début de l’année, a débarqué en toute discrétion au Luxembourg avec l’ambition de gagner des parts de marché et séduire.

Publié le 11/05/2024, modifié le 14/05/2024

Une configuration ultra simple

Performance, autonomie et technologie de pointe, telle est la promesse du constructeur. Pour la tenir, BYD dispose de la Seal, une berline sportive dotée d’une puissance de 530 ch (390 kW) affichant une accélération de 3,8 secondes pour atteindre les 100 km/h.

Concurrent sérieux à la Tesla Model 3, le modèle affiche une allure dynamique et moderne. Son design extérieur, à la fois élégant et sportif, est ponctué de lignes fluides et d’une signature lumineuse distinctive qui ne laisse pas insensible. Une esthétique qui contribue à l’efficacité aérodynamique de la voiture, qui affiche une autonomie de 520 km WLTP en cycle mixte.

L’atout principal de la Seal : sa configuration. Pour faire simple, le modèle existe en deux versions – Design et Excellence – où la seule et unique différence réside dans le fait de choisir entre une propulsion et une quatre roues motrices. L’équipement de série est complet et identique. Sur les deux versions, la batterie est de 82,5 kWh. La version propulsée est moins puissante (280 kW – 5,9 s pour atteindre 100 km/h) mais l’autonomie est plus importante avec 570 km WLTP en cycle mixte. Difficile de tester l’efficience de sa batterie de 82,5 kWh sur un test court, mais sa composition lithium-fer-phosphate devrait offrir une meilleure durée de vie de la batterie pour un rendement moindre. À noter, avec un superchargeur, il faudra tout de même 37 minutes pour refaire un plein de 10 à 80 %. BYD annonce une consommation de 16,6 kWh/100 km en cycle mixte (version Design) et de 18,2 kWh/100 km dans sa version Excellence.

Extrêmement maniable, notamment lors des manœuvres, la voiture ne souffre pas de ses 4,8 m de long pour un empattement de 2,920 m. La Seal offre également 53 litres de rangement dans le « frunk » et 400 litres dans le coffre.

En termes de sécurité, la BYD Seal est dotée de nombreuses aides à la conduite de série, y compris des systèmes avancés de détection des collisions, de surveillance des angles morts et de régulation de la vitesse adaptative qui sont très corrects dans leur utilisation. Par contre, comme souvent sur les nouveaux modèles, les alertes sonores sont parfois trop intrusives et difficilement paramétrables. Si on devait lui donner un mauvais point : le manque de choix dans les couleurs vives.

Au final, la Seal séduit par son autonomie, son équipement et sa maniabilité. La puissance est un atout indéniable, ainsi que le prix. La marque souffre encore d’un défaut de notoriété et de charisme, ce qui fait parfois la différence avec d’autres marques historiques.

On aime bien:

  • Très bonne manœuvrabilité
  • Design

On aime moins: 

  • Pas de « one pedal drive »
  • Certaines finitions à revoir
  • Alertes sonores trop intrusives

Puissance : 390 kW / 670 Nm
Consommation : 18,2 kWh / 100 km
Émissions : 0 g CO2/km
Autonomie : environ 520 km
Accélération : 0-100 km/h en 3,8 s
Charge : 11 kW AC – 150 kW DC
Prix de base : 50.251,32 euros

Par Jérémy Zabatta
Cet article a été rédigé pour l’Autotouring du 25 mars 2024. Le contenu du magazine est publié en primauté pour les membres de l’ACL. Il est par la suite publié sur le site pour contribuer à une diffusion de l’information plus complète. Pour recevoir l’Autotouring, en français ou en allemand, connectez-vous à myACL.