Cookies on the ACL website
This site uses cookies to simplify and improve your usage and experience of this website. Cookies are small text files stored on the device you are using to access this website. If you ignore this message and continue without changing your browser settings, we will assume that you are consenting to our use of cookies. For further information on our use of cookies, please see our terms of use and our Privacy Statement.

Les distractions au volant : téléphone, tablet et GPS

Les distractions au volant : téléphone, tablet et GPS


Le téléphone au volant plus durement sanctionné


Cet été, les députés ont adopté juste avant les congés le projet de loi 7985. Loin d’être anodin, il durcit considérablement les sanctions notamment concernant l’usage du téléphone au volant.

Vendredi 21 juillet dans la soirée. Tout le monde a déjà un pied en vacances sauf les députés luxembourgeois. Réunis en séance plénière, ils votent à une large majorité (56 voix) le projet de loi 7985. Son objectif est double. D’une part, il facilite l’immatriculation et la couverture responsabilité civile des véhicules d’importation en introduisant la notion de « titulaire d’un certificat d’immatriculation » et, d’autre part il durcit la législation en matière d’infraction routière. Ces sanctions plus sévères visent principalement l’usage du téléphone (ou plus généralement d’un écran) et simplifie les procédures de dépistage de drogues au volant.

Depuis, les élections législatives ont rebattu les cartes. La loi a été publiée au Memorial, elle est entrée en vigueur depuis le début du mois de novembre. Un automobiliste perdra 4 points (au lieu de 2) s'il téléphone au volant en circulant au Luxembourg. Il devra aussi s'acquitter d'une amende de 250 € au lieu de 145 €. Il sera aussi interdit d'utiliser « un équipement téléphonique ou tout autre appareil doté d’un écran allumé » dès que le véhicule est en mouvement.
 

Éviter les situations litigieuses

Concrètement, sur le terrain cette loi devrait faciliter la tâche des policiers sur le terrain qui étaient confrontés jusqu’ici à un texte de loi présentant certaines lacunes et donnant lieu à des situations litigieuses lors de contrôles routiers. « Le texte n’était plus vraiment au goût du jour. Nous nous sommes inspirés des lois françaises et belges pour rédiger cette loi », explique Alain Disiviscour, chargé de la Direction de la Circulation et de la Sécurité routières au ministère de la Mobilité.

Qu’est-ce qui est autorisé et qu’est-ce qui est interdit, finalement ? « Pour résumer, on peut dire qu’il faut avoir les mains sur le volant. Il est interdit de tenir un téléphone en main ou de manipuler un appareil avec un écran en roulant. C’est autorisé en stationnement, pas à l’arrêt comme à un feu par exemple », ajoute Alain Disiviscour.

En clair, vous pouvez utiliser vos applications, y compris via Android Auto ou Apple Car Play, à condition de les contrôler avec la voix ou avec les touches physiques sur le volant. Quid de la montre connectée comme l’a souligné un député le jour du vote ? « La question de lire l’heure ne se pose pas. Toutefois, lire ses messages depuis sa montre connectée reste interdit », clarifie encore le fonctionnaire du ministère.

De son côté l’ACL rappelle que l’usage du téléphone au volant est une distraction dangereuse. Le Club recommande de mettre le véhicule à l’arrêt avant de consulter son appareil.
 

2 200

Selon les chiffres du gouvernement, et uniquement sur les six premiers mois de l’année, quelque 2 200 automobilistes ont écopé d'un avertissement taxé pour s'être laissé distraire par leur portable en conduisant.



Dernière mise à jour : 07.11.2023