Cookies sur le site web d'ACL
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité..

Distraction au volant

Publié le 08.10.2019

Conduire: une activité. Tout sauf annexe!

Pour vous déplacer en véhicule, vous devez accomplir plusieurs tâches en même temps. Vous effectuez inconsciemment différentes « tâches » de la conduite comme embrayer, accélérer ou décélérer de manière évidente et sans effort. En revanche, l’interaction avec les autres usagers de la route ou l’apparition soudaine d’un danger exige de vous la plus grande attention.

Pour cette raison, même un conducteur expérimenté doit toujours être le plus concentré possible. Pour l'automobiliste distrait, le temps de réaction, qui dans des circonstances normales est d’une seconde, est rallongé, de sorte qu’il ne peut réagir de manière adéquate à une situation inhabituelle.

Téléphoner au volant est certainement l’une des plus grandes sources de danger, car nous détournons forcément notre attention de la circulation. L’une des conséquences est que nous nous concentrons seulement sur le véhicule qui précède et notre champ de vision en est inévitablement fortement réduit. Comme nous nous concentrons sur notre interlocuteur, la conduite devient alors une activité annexe. Par ailleurs, lire un SMS sur un smartphone pendant trois secondes à 70 km/h, par exemple, signifie rouler 58 mètres sans rien voir de la route ! Fermeriez-vous volontairement les yeux pendant trois secondes à cette vitesse ? C’est peu probable.

Le conducteur distrait se remarque par des freinages puissants et en ne roulant pas droit ou même en circulant sur la voie opposée. Cela n’est pas uniquement dû à l’usage d’un smartphone : les réglages de la radio et du système de navigation ainsi que des systèmes multimédias en général sont déjà source d’inattention et doivent être effectués avant la conduite. Je déconseille également de ramasser les objets tombés près des pieds du conducteur. Par mesure de sécurité, il est conseillé de ne pas prendre son petit déjeuner, fumer ou se raser en conduisant. Il ne faut pas sous-estimer l’attention monopolisée par les pleurs d’un enfant ou les conversations à bâtons rompus ou chargées d’émotions avec le passager avant. Le quintuple champion du monde de F1, Juan Manuel Fangio, a ainsi déclaré à l’époque que les conversations du passager ou l’autoradio distraient le conducteur. En tant que conducteur, soyez vous aussi sur vos gardes, car d’autres usagers de la route, tels que les cyclistes ou les piétons, peuvent également être distraits.

Mais il n’y a pas que la visibilité et le temps de réaction qui sont limités par les sources de distractions. En raison de ce qu’on appelle la « cécité d’inattention », les objets qui sont facilement détectés dans des situations normales ne sont plus perçus par le conducteur. La distraction restreint la capacité de traitement du cerveau humain et les informations importantes sont inconsciemment ignorées. Il en résulte de nombreux accidents qui ne sont pas causés par l’alcool ou l’excès de vitesse.

Retour

Autres actualités

L’électrification à l'essai l'ACL

Lire plus
08.10.2019

Distraction au volant

Conduire: une activité. Tout sauf annexe!

Lire plus
08.10.2019

Voir et être vu... avec le bon profil

Conseils d'automne

Lire plus
08.10.2019

Test de sièges pour enfants 2019 - Large choix de « bons ...

Lire plus
04.10.2019