Cookies sur le site web d'ACL
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité..

Vers des carburants synthétiques neutres en CO2

Publié le 19.10.2021

Les investissements de grands groupes industriels dans des carburants synthétiques décarbonés s’accélèrent. Siemens Energy et Porsche ont même déjà construit leur usine de e-fuel au Chili.


Et si l’avenir de la mobilité durable passait aussi par un carburant synthétique produit à partir d’énergie renouvelable ? Cette hypothèse nous permettrait de continuer à utiliser nos véhicules à moteur thermique. Ces carburants sont en effet 100 % compatibles avec les moteurs à combustion interne. Pendant la Seconde guerre mondiale, les Allemands avaient déjà eu recours à des carburants de synthèse mais qui étaient à l’époque fabriqué à partir de sources fossiles.

Aujourd’hui, plusieurs grands groupes industriels souhaitent remettre au goût du jour le carburant synthétique en le fabriquant à partir de sources d’énergie renouvelable :

  • La biomasse (comme le diesel HVO)

  • Ou la combinaison d’hydrogène vert (produit à partir d'énergie renouvelable) et de carbone (e-fuel).
     

E-fuel, comment ça marche ?

Un carburant de synthèse peut être produit à partir de toutes sources de matières contenant de l’hydrogène et du carbone. Dans le cas des e-fuel, le processus de fabrication consiste à séparer l'hydrogène de l'oxygène contenu dans l'eau (H2O) grâce au procédé d'électrolyse. Ensuite l’hydrogène est combiné au carbone provenant du CO2 capturé (à partir d'activités industrielles) ou provenant de l’atmosphère. Ces transformations nécessitant énormément d'électricité verte expliquent que l'utilisation de l'-fuel ne peut être considérée qu'en complément d'autres solutions comme les voitures électriques à batterie ou à pile à combustible (H2).
 
Porsche a donc soigneusement choisi l’emplacement de son usine au Chili afin de bénéficier d’une exposition maximale au vent et ainsi profiter au mieux de l’énergie éolienne pour la fabrication de son méthanol synthétique ou e-fuel.

Si dans les prochaines années ces procédés s’avèrent efficaces, les carburants synthétiques pourraient occuper une place intéressante dans le bouquet énergétique du futur. Ils permettent en effet de prolonger la vie des moteurs à combustion actuels sans augmenter la quantité de CO2 émise dans l’atmosphère comme avec les carburants fossiles traditionnels.

De plus, comme l’énergie contenue dans un réservoir de carburant liquide est environ 10 fois plus élevée que dans les batteries (à volume et poids équivalents) cela constitue un avantage considérable pour certaines applications (transports longue distance : routier, maritime, aviation, etc.). 

Des questions ? Prenez conseil auprès de nos experts.

Retour

Autres actualités

Travaux devant le bâtiment de l'ACL

En raison de travaux de mesurage sur la chaussée dans la matinée du 6 décembre, l'accès à l...

Lire plus
02.12.2021

Un nouveau radar-tronçon sous le Markusberg

Dans le cadre de la lutte contre l'insécurité routière, le radar-tronçon dans le tunnel...

Lire plus
30.11.2021

Des batteries vieillissantes à l’approche de l’hiver

La campagne annuelle de contrôle des pneus, batteries et phares organisée conjointement par...

Lire plus
24.11.2021

Des propositions concrètes pour adoucir la hausse de l...

L’ACL s’engage pour que personne ne soit laissé sur le bord de la route.

Lire plus
18.11.2021