Cookies sur le site web d'ACL
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Quand le conducteur s'endort au volant

Publié le 14.10.2020

Sécurité routière

La somnolence au volant est un de ces sujets sur lesquels il est utile de revenir à intervalles réguliers, histoire de maintenir éveillée la conscience de la dangerosité du phénomène. Certes cela  n’arrive qu’aux autres, mais ceux à qui cela est arrivé pensaient tous la même chose. Et tous ne s’en sont pas sortis avec une seule gosse frayeur. Certains ont payé de leur vie d’avoir sous- estimé les risques, si ce n’est qu’ils ont ruiné celle d’autres usagers qui n’ont eu ‘que’ le malheur d’avoir été dans les parages quand le malheur est arrivé. 

La somnolence c’est l’abandon involontaire de la veille. Elle est insurmontable. Elle n’est pas la conséquence d’une inadvertance ou d’un manque de concentration, mais survient subitement et  le conducteur ne s’en aperçoit que quelques instants plus tard quand il se réveille en sursautant. S’il est vrai qu’elle ne dure que quelques secondes, ce laps de temps est largement suffisant pour mener tout droit dans une catastrophe comme en font état de nombreuses analyses du phénomène. Une personne reposée n’est pas sujette à la somnolence, mais cette fraîche  disposition disparaît au fil des longues heures passées au volant, surtout quand elles ne sont pas interrompues par des pauses adéquates. C’est alors la fatigue qui s’installe dans le cerveau, lentement, sans que le conducteur ne s’en aperçoive, réduisant progressivement ses capacités à conduire et particulièrement ses réflexes et sa vision alentour. Il réalise de moins en  moins la complexité de la circulation, ne remarque pas qu’il franchit une ligne de sécurité ou de délimitation de la chaussée ni que des signaux l’informent de dangers, etc. Bientôt il va plonger dans le premier micro-sommeil. En circulant sur autoroute à 130 km/h on parcourt déjà plus de 100 m, sans aucune maîtrise du véhicule, lorsque le petit somme dure 3 secondes. La  somnolence survient subitement, mais pas de façon inattendue ! En effet, différents signes avant-coureurs se manifestent toujours avant l’endormissement et transmettent un message clair  pour peu qu’on sache le comprendre. Certains pris isolément peuvent passer inaperçus, mais pris dans leur ensemble il n’y a plus de doute. Ainsi, l’imminence d’un assoupissement est-elle  annoncée par des bâillements à répétition, le besoin de changer de position dans le siège, la tête qui penche involontairement, les pensées qui s’envolent ou encore le picotement des yeux.  S’ils se rendent compte du danger, de nombreux conducteurs tentent de s’y opposer en appliquant des remèdes dont l’efficacité leur a été vantée par des collègues : baisser les vitres pour  faire entrer de grandes quantités d’air frais, mettre la radio, boire du café ou, pour les fumeurs, fumer une cigarette. Mais tous ces trucs ont un effet fort limité, à tout casser de quelques  minutes. En réalité il n’existe qu’un seul remède reconnu pour se débarrasser du danger : dormir ! Point n’est besoin de roupiller pendant des heures. La plupart du temps il suffit d’une pause- sommeil d’une demi-heure à trois quarts d’heure pour permettre au cerveau de récupérer les facultés nécessaires à la conduite sereine. 

Par ailleurs, si la destination est encore loin, rien ne s’oppose à ce qu’on répète pareille suspension de la  conduite. Evidemment, sur autoroute on ne s’installera pas sur la bande d’arrêt d’urgence, mais sur l’aire de repos la plus proche ou, à défaut, on quittera l’autoroute. 


 
Retour

Autres actualités

Campagne de l’éclairage et du pneu 2020

L’ACL tire le bilan de la campagne et constate un nombre alarmant de batteries faibles

Lire plus
19.11.2020

Pandémie : précautions et continuité de nos services

L’ACL prend toutes les mesures nécessaires pour continuer de vous assister en toute sécurité

Lire plus
16.11.2020

Bien choisir sa voiture

Vous êtes sur le point de changer de voiture et vous hésitez quant au choix de la...

Lire plus
16.11.2020

Dans les coulisses de l'Info Trafic

L’info trafic et l’ACL, c’est une longue histoire d’amour qui dure depuis les années 70.

Lire plus
16.11.2020