Cookies sur le site web d'ACL
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Tesla S P100D

Publié le 10.07.2017

L’opinion (toujours) répandue sur les voitures électriques est facile à résumer : leur autonomie est ridicule, il ne faut en aucun cas utiliser la radio ou le chauffage, elles n’offrent aucun agrément, elles ont un drôle d’aspect et elles sont tout bonnement trop « nulles ».

Avec tous ces préjugés dans mes bagages, je me suis rendue à la filiale Tesla au Luxembourg. Lorsque mon véhicule d’essai est sorti du garage, la surprise a été de taille : j’ai vu arriver une très belle berline sportive.
En prenant place à bord, j’ai d’abord été interpelée par l’écran tactile 17 pouces. Véritable poste de pilotage du véhicule, il commande presque toutes les fonctions : réglages du véhicule, musique, navigation, téléphone, caméra de recul, toit en verre, etc. Par ailleurs, il affiche l’emplacement des plus de 800 stations « Supercharger » disponibles en Europe.

Essai

Après un petit topo, l’essai sur route a pu commencer. Un aspect m’a agacée dès cet instant et pendant toute la durée de l’essai, à savoir l’absence de bruit du moteur.
Pour piloter la transmission automatique à variation continue, un simple petit levier au volant (D, N, R) suffit.
Une petite pression sur la « pédale électrique » permet déjà de se faire une idée de la puissance de cette voiture. Après un premier circuit à travers la ville et, plus tard, un tour sur l’autoroute, il apparaît très vite que cette voiture a quelque chose de différent.
Les accélérations m’ont séduite immédiatement. J’ai été très surprise par le frein moteur très vigoureux de la Tesla. Toutefois, on s’y habitue très rapidement, ce qui amène à une utilisation de plus en plus rare de la pédale de frein.
Sur les chaussées humides et sinueuses, la Tesla avec sa transmission intégrale Dual Motor a toujours gardé le cap. La voiture est équipée de deux moteurs, un sur l’essieu avant et l’autre sur l’essieu arrière, et peut ainsi piloter séparément le couple des deux essieux. J’ai été surprise par la maniabilité de ce colosse de plus de 2 tonnes.
 
Ensuite, j’ai examiné le « mode Ludicrous », lequel est censé décupler un niveau d’accélération d’ores et déjà impressionnant (selon le constructeur, la voiture passe de 0 à 100 km/h en 2,7 secondes).
Je suis entrée dans le vif du sujet sur une ligne droite calme. Je me suis accrochée, j’ai enfoncé la pédale électrique et les souvenirs d’une folle descente de montagnes russes ont alors ressurgi. Je suis d’abord restée sans voix, ce qui m’arrive très rarement…

Et, à ce moment, j’ai dû admettre que cette voiture électrique est agréable.
Il restait encore la question de l’autonomie de la batterie à vérifier. Il devait bien y avoir un loup avec cette voiture gadget ?
Après avoir rechargé la voiture pendant 60 minutes sur le « Supercharger » Tesla, j’ai effectué mon trajet habituel pour me rendre au travail. Cette fois, j’ai surveillé précisément l’affichage de la consommation sur l’écran tactile.
La différence principale par rapport à ma conduite « normale » : j’ai utilisé presque exclusivement le frein moteur. Il est intéressant de voir l’influence immédiate de cette conduite sur l’autonomie. En effet, dès que le frein moteur entre en action, le niveau de charge de la batterie augmente du fait de la récupération d’énergie. Ainsi, une seule recharge m’a permis de parcourir près de 550 kilomètres (en utilisant le chauffage et la radio).
 
En résumé :
Côté qualité, équipement et agrément de conduite, la Tesla n’a rien à envier aux autres candidates du segment haut de gamme. La gestion des longs trajets est plus confortable grâce à un réseau de stations « Supercharger
» Tesla désormais largement développé. Les véhicules électriques exigent toutefois un changement des mentalités. « Faire le plein » est un peu plus long, d’où la nécessité de le prendre en compte. Si, par exemple, vous rechargez la Tesla durant la nuit sur la prise de votre domicile, votre autonomie le lendemain sera d’environ 170 kilomètres.
Concernant mes préjugés, je dois admettre à ma grande surprise que j’ai été au volant d’une belle sportive et c’est un réel plaisir.

Le prix de base de la Tesla P100D est d’un peu moins de 155 000 €.

 
Retour

Autres actualités

ACL Diagnostic Center : Test vacances

Lire plus
03.07.2020

Vëlosummer 2020

Une initiative qui soulève des questions

Lire plus
18.06.2020

Pourquoi utiliser une Wallbox pour le chargement de son...

Lire plus
15.06.2020

L’ACL vous accueille à nouveau

Réouverture au public le 18.05.2020

Lire plus
12.06.2020