Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Traverser l'automne à moto


Des températures ne dépassant pas les 10 °C ne doivent pas systématiquement signifier la mise au repos de votre deux-roues pour l’hiver.

L’automne offre encore de nombreuses occasions de se balader à scooter ou à moto pour profiter de paysages hauts en couleurs. Mais, tout comme les autres saisons, l’automne recèle certains pièges auxquels il faut être attentif, particulièrement lorsqu’on circule en deux-roues.



Le conducteur mais aussi un automobiliste arrivant en sens inverse peut subitement être ébloui par le soleil couchant. L'institut allemand pour la sécurité des motocycles (Institut für Zweiradsicherheit, IfZ) met en garde contre une visière sale ou rayée qui oblige alors au « pilotage à vue ». Le nettoyage, voire le remplacement de la visière font des miracles. Pour se prémunir contre l’absence de visibilité involontaire d’autres usagers de la route, il est important d’adopter un mode de conduite défensif et prévoyant.
 
L'humidité ambiante et l'apparition soudaine de brouillard favorisent la formation de buée sur la visière. Pour retrouver rapidement une vision normale, il est possible de laisser la visière entrouverte ou d’utiliser des produits limitant la formation de buée. Les motards et scootéristes ont intérêt à posséder une visière à double paroi anti- buée.
 
Une tenue bien visible et le contrôle régulier de l’éclairage du véhicule sont des facteurs de sécurité importants à une période où le jour commence à baisser plus tôt. À peine le soleil a-t-il disparu qu’il fait tout d’un coup nettement plus froid. Une tenue fonctionnelle avec doublure amovible est utile, tout comme un coupe-vent qui peut être rapidement enfilé en cours de trajet.
 
En outre, les conducteurs de deux-roues motorisés doivent être vigilants aux passages plus fréquents d’animaux sauvages, c'està- dire réduire leur vitesse et se tenir prêts à freiner. Givre : lorsqu’apparaissent, sur la surface de la chaussée, de la rosée, du feuillage ou du givre, éviter le plus possible les fortes accélérations, les inclinaisons extrêmes et les freinages puissants. En outre, en automne, les routes nationales, départementales et secondaires sont souillées par les véhicules agricoles. Là aussi, il y a lieu de réduire la vitesse et de redoubler d’attention.
   

Vers le haut