This site uses cookies to simplify and improve your usage and experience of this website. Cookies are small text files stored on the device you are using to access this website. If you ignore this message and continue without changing your browser settings, we will assume that you are consenting to our use of cookies. For further information on our use of cookies, please see our terms of use and our Privacy Statement.
This site uses cookies to simplify and improve your usage and experience of this website. Cookies are small text files stored on the device you are using to access this website. If you ignore this message and continue without changing your browser settings, we will assume that you are consenting to our use of cookies. For further information on our use of cookies, please see our terms of use and our Privacy Statement.

Le dépannage des poids lourds sur le réseau autoroutier

Published on 09/04/2019

Le dépannage des poids lourds sur le réseau autoroutier
Mobility

Selon nos informations, près de 500 interventions par an concernent des poids lourds en panne. Dans 30 % des cas, il s’agit de pannes sèches et dans 20 %, de problèmes de pneus. Près de la moitié des pannes de poids lourds sont sans gravité et pourtant causent tous les jours des embouteillages de plus en plus longs, simplement parce que l’assistance n’est pas aussi rapide qu’elle ne pourrait l’être.
 
Les acteurs luxembourgeois qui ont les moyens d’intervenir doivent d’abord négocier le remboursement de leurs frais avec des propriétaires installés à l’étranger, qu’ils ne connaissent pas et qui ne parlent pas leur langue. De plus, les propriétaires des poids lourds ont des contrats d’entretien avec des sociétés installées à l’étranger et préfèrent attendre leur fournisseur attitré. Et pendant des heures le trafic est à l’arrêt, avec toutes les conséquences économiques que nous connaissons.
 
L’ACL a adressé au ministre de la Mobilité et des Travaux publics, François Bausch, un courrier dans lequel le Club regrette qu’un simple problème administratif bloque le trafic au quotidien sur nos axes routiers principaux et prenne ainsi des dizaines de milliers d’usagers en otage.
 
L’ACL exige que l’État trouve rapidement des solutions à cette problématique. Une solution pourrait être, par exemple, que l’État avance aux sociétés de dépannage, les frais liés à l’intervention, ce qui réduirait considérablement les délais d’intervention. 
 
 


Back to top