Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Rainette on tour : entre difficultés mécaniques et paysages magnifiques

Publié le 08/08/2018

Rainette on tour : entre difficultés mécaniques et paysages magnifiques
Actualité
Il y a un mois, Laura et Julian sont partis à la découverte du Canada et des États-Unis à bord de leur vieux Bully Rainette. Quelles sont leur impressions jusqu’à maintenant?

«Voilà déjà un mois que nous vivons sur la route. Nous avons pris nos marques et  nous nous habituons à notre nouvelle vie.
 
Nous avons beaucoup roulé. Le but était d’arriver dans les Rocheuses aux « alentours du 20 juillet » pour y rejoindre des amis. En 4 semaines, nous avons fait 9000 km. Cela fait énormément de route. Ce n’est pas la façon dont nous voulions voyager mais nous allons ralentir et trouver notre rythme. Il est vrai, aussi, que les distances et la notion de distance n’est pas la même en Amérique du Nord.

Il est difficile de décrire tout ce que nous voyons et découvrons. Nous sommes  souvent entourés de nature et quelle nature ! C’est magnifique ! Nous avons aimé l’Île Bonaventure au Québec avec son immense colonie de Fous de Bassan. En Ontario, nous avons adoré les lacs que nous découvrions au fur et à mesure de notre route. Nous avons  nagé dans le Lac Supérieur… malgré la température glaciale de l’eau ! Ensuite, nous avons parcouru les prairies du Manitoba à l’Alberta en passant par le Saskatchewan. Souvent décrite comme une route ennuyeuse, elle ne l’a pas été pour nous. Les ciels et les panoramas étaient à couper le souffle. Ensuite nous sommes entrés dans les Rocheuses. Woaw ! Les lacs à la couleur bleu émeraude, les sommets enneigés, les randonnées, le glacier Athabasca sont magnifiques. Ensuite, nous avons pris la route de l’Alaska depuis Dawson Creek et nous nous trouvons actuellement à Whitehorse au Yukon… on se rapproche de l’Alaska !!!
 
Nous sommes tout autant émerveillés par la vie sauvage. Nous avons  croisé un lynx, des ours bruns et noirs, des renards, des bisons, des écureuils, des aigles et même une tortue sauvage… oui oui au Canada. Le nombre de moustiques est tout aussi impressionnant.
 
Avec quoi voyageons-nous ? Nous avons fait, il y a 2 ans, l’acquisition d’un Volkswagen T3 Vanagon de 1983. C’est un 1,6 l diesel. Pour l’extérieur et la mécanique, nous l’avons totalement rénové. Pour ce qui est de l’intérieur, il était déjà meublé et nous voulions garder l’âme d’origine de la voiture. Nous avons donc gardé les meubles. Nous y avons deux taques de cuisson, un évier, des rangements et deux lits 2 personnes (un quand on allonge la banquette et un autre quand on lève le toit). Nous y avons ajouté un frigo (nous n’en avions pas), fait de nouveaux rideaux et recouvert les panneaux de portes.
 
Depuis notre départ, au niveau mécanique ou technique, nous sommes plutôt contents, malgré quelques petits soucis. Après une semaine, notre coupleur de batterie ne reconnaissait plus qu’une seule batterie auxiliaire (2 sont alimentées par 2 panneaux solaires). Vu la chaleur, notre frigo consomme beaucoup et une seule batterie ne suffit pas toujours. C’est pourquoi, cela nous amène à fréquenter plus souvent que prévu les campings afin de recharger nos batteries.
Ensuite, nous avons découvert que l’huile de notre moteur (10W40) ne se trouve  pas facilement en Amérique du Nord ou à un prix exorbitant. Comment aurions-nous pu prévoir cela ? Nous avons donc fait la vidange, un peu plus tôt que prévu, et remplacé l’huile par une plus commune (15W40). Lors de cette vidange, le garagiste nous a fait remarquer que nos soufflets des cardans étaient cassés et que nous avions de la graisse partout. Nous venions de faire 6000km. Ils avaient pourtant étés remplacés.
 
Par la suite, c’est un de nos supports de moteur en aluminium qui a cassé. Nous étions au milieu de nulle part, sans réseau téléphonique, ni internet, à 200km de notre ville de départ, Hinton, et à 100km de Grande Prairie. Que faire ? Nous avons décidé de continuer notre route et, heureusement, tout a « tenu ». Bien sûr, cela arrive le  vendredi soir. Quel est, aussi, le pourcentage de chance de casser une pièce quasi introuvable ?  Nous sommes allés d’un garage à l’autre pour terminer dans une société spécialisée en soudage. Heureusement, cela ne nous a pris qu’une journée !
 
Pour nous, ces soucis font partie du voyage et nous sommes préparés à cela, autant que nous le pouvons. Nous espérons que les soucis vont s’estomper car ils ont un impact non négligeable sur notre budget et notre itinéraire.
 
Voici une carte du trajet actuellement parcouru.




Nous  sommes, en tout cas, prêts pour un deuxième mois sur la route avec son lot de belles surprises et puis celles qu’on aimerait, si possible, éviter. »


 


Vers le haut