Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Rainette on Tour : Préparatifs et départ

Publié le 05/07/2018

Actualité

En route vers le Canada et les États-Unis en Oldtimer


Laura et Julian ont complètement chamboulé leur vie. Le plan : Voyager à travers le Canada et les États-Unis dans leur vieux Bully soigneusement restauré.
Nous les avons accompagnés lors de leurs premiers pas dans cette aventure. Ici, vous pouvez découvrir leurs premières expériences et préparations.


3-eme-nuit-rainette-(1).JPG
 
Voilà, après un an et demi de restauration, nous sommes prêts à envoyer notre van, nommé Rainette, au Canada. Enfin prêts… euh… Notre vieux van de 1983 nous aura quand-même causé des soucis jusqu’au matin du départ.
Notre départ fut rock’n’roll ! Nous refaisions encore l’étanchéité du pare-brise le soir avant d’amener le van au port et découvrions le matin même qu’une ampoule des pleins phares avait rendu l’âme. Déjà une chose qui sera à faire une fois de l’autre côté. Ce n’était pas le seul de nos travaux déjà prévus. Après être passé par le Diagnostic Center de l’ACL, nous savions aussi que nous devrions refaire la géométrie. Rainette était passée au contrôle technique sans un trou mais lors de la géométrie, le garagiste n’ayant pas assez resserré la direction, une roue était de travers. Autre surprise et enseignement, ce n’est pas parce que c’est nouveau que ça fonctionne ! Feux stop qui ne fonctionnent plus et l’ampoule des pleins phares ont rendu l’âme en même pas deux semaines. Mais bon, c’est comme tout, on peut tomber sur la mauvaise pièce. Est-ce que ça ne fait pas aussi partie de l’aventure ?
 Pressés de partir, et cela peut être une erreur, nous n’avons pas eu le temps de vraiment tester la voiture. Nous avions seulement 500 km au compteur mais cela fait peut être partie de l’aventure aussi. Petit conseil quand même : prenez le temps pour tester la voiture et faites faire un diagnostic ! Le contrôle technique n’est pas vraiment suffisant.
 
Sinon, comment envoie-t-on un van à l’étranger (au Canada pour nous) ? Il faut contacter un transitaire. On ne communique jamais directement avec le transporteur. Parmi les entreprises que nous avions contactées, seule une a répondu. Puis, ben, c’est celle que nous avons pris et nous en sommes très contents.
Ils recommandent de réserver la traversée 2 à 3 mois à l’avance. Cependant, nous avons réservé 1 mois avant et il y avait toujours de la place. Une fois la réservation faite et les documents demandés transmis (copie de passeport, permis de conduire et certificat d’immatriculation), la compagnie envoie toutes les informations importantes : l’état dans lequel le van doit voyager (propre, donner l’impression qu’il est vide c.à.d. les armoires peuvent être remplies, le niveau du plein, pas de gaz,...), les documents à fournir et procédures au port d’Anvers, les procédures lors du pick-up à Halifax,… Ils préviennent aussi des vols éventuels dans les vans qui ne sont pas pris en compte par l’assurance maritime. Cela n’a pas été notre cas, ouf ! La livraison au port d’Anvers est peu organisée mais grâce aux informations données par le transitaire, nous nous y retrouvons. La traversée dure environ 2 semaines. Cela nous donne le temps pour nous préparer au départ 10 jours plus tard. On reçoit entretemps la nouvelle que le van est bien sur le bateau et la facture.

Partir pour un an à l’étranger, pour un roadtrip en plus, n’est pas toujours simple, surtout après avoir passé tout notre temps à restaurer et préparer la voiture au départ. Nous disons au revoir, ça serre toujours le cœur. Bien que nous partions pour vivre une expérience exceptionnelle, on sait qu’on va manquer les anniversaires, les mariages, Noël en famille, toutes les étapes importantes de la vie de nos proches mais aussi les simples moments ensembles (les barbecues d’été, les discussions autour d’un verre,…). Après, il faut sélectionner nos vêtements. Nous n’avons vraiment pas beaucoup d’espace dans notre van. Nous décidons de prendre des vêtements pour une semaine avec un peu pour le chaud et un peu pour le froid. En même temps, il faut également penser à tout l’administratif : arrêter son abonnement GSM, la location de l’appartement et  les différents contrats qui s’y relient,… Ça paraît beaucoup pour certains mais cela se fait très simplement.
Ensuite, on prend l’avion, direction Montréal. On y reste quelques jours pour se faire au décalage horaire, revoir des amis, profiter de la ville et de ce qu’elle a à nous offrir. Julian a même pu déjà faire du graffiti. On commence à préparer l’arrivée de la voiture et le départ du Roadtrip. On fait des achats pour nous (literie,…) et pour le van (boite à outils,…). Puis, on prend la route direction Halifax, à 1200 km. On parle de nos envies de voyages et de découvertes. On se demande ce à quoi va ressembler notre vie pendant les prochains mois, on se pose des questions (où va-t-on dormir sur la route ?). Et puis, on a des craintes aussi (est-ce que ça va nous plaire?). Ce sont des pensées que nous avons depuis des mois mais qui sont de plus en plus réelles.
 
Le pick-up au port d’Halifax est vraiment simple. On va chez le transitaire récupérer des documents. Celui-ci nous donne les informations pour la douane qui est notre prochaine étape. Après quelques questions, il nous donne l’accord pour récupérer le van. Rendez-vous au port ! Là, on vérifie le numéro de châssis et l’état du van après la traversée. Tout s’est bien passé, et voilà, on est prêt à prendre la route! Cela aura duré, en tout, une heure. Nous nous rendons alors vraiment compte de la facilité d’envoyer un véhicule de l‘autre côté de l’Atlantique.
Au niveau administratif, il ne faut pas oublier l’assurance du véhicule. Ce qui peut être assez simple dans des pays d’Amérique du Sud, par exemple, peut vite devenir un parcours du combattant avec un Oldtimer au Canada et aux États-Unis. En effet, assurer un véhicule de plus de 30 ans et immatriculé à l’étranger va vite devenir compliqué. Le transitaire offre une assurance pour les voitures de moins de 30 ans qui est assez chère mais avec moins de tracas administratifs. Il fait de temps en temps des exceptions pour les plus vieilles voitures. Cela a été notre cas. Une fois ces démarches effectuées, nous pouvons  y aller.
 
Et là, on prend la route. Tout ce travail et nous y sommes. Notre van restauré, notre Rainette, au Canada.
 
Petit à petit, les choses se concrétisent. Nous avons notre bouteille de gaz, notre réservoir d’eau est bien rempli et la géométrie est faite. Nous avons passé notre première nuit sur un parking du point d’information touristique à Peggy’s Cove. C’est un très beau village de pêcheurs et l’endroit parfait pour passer notre première nuit sur la route. Nous nous faisons un peu la main dans notre espace restreint, où ranger nos affaires, gérer les problèmes de place et les affaires trop encombrantes, comment cuisiner, quoi cuisiner puis le réveil sans douche, sans toilettes. Le temps du système D a commencé. Nous rencontrons aussi nos premiers voisins, des espagnols faisant la route vers l’Amérique du Sud avec leur van, eux aussi. Notre 2ème et 3ème nuit, nous trouvons des endroits où dormir le long de la plage.
Voilà 3 nuits que nous passons sur la route. Nous projetons de dormir une fois par semaine dans un camping et une autre fois dans un hôtel ou motel.
Une chose qui nous étonne énormément mais qui nous ravit, c’est l’accueil des Canadiens de Nouvelle-Écosse. Est-ce le fait que nous ayons un Oldtimer, la peinture/la couleur ou la plaque d’immatriculation luxembourgeoise ou peut-être tout à la fois ? Mais en tout cas, les personnes nous sourient, nous saluent, nous complimentent, nous posent des questions voire même nous suivent en voiture pour prendre notre van en photo. Nous sommes contents de ces échanges et impatients de voir ce qu’il nous réserve par la suite!
 
 


Vers le haut