Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.
Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Les motorisations alternatives et que choisir?

Publié le 25/01/2019

Les motorisations alternatives et que choisir?
Actualité

Définitions


Suite aux derniers remue-ménage dans le domaine des motorisations de nos chères voitures, l’ACL vous propose de faire le point sur les options qui s’offrent aux consommateurs aujourd’hui.

Mais avant toute chose il convient de bien fixer le contexte en passant par la définition des différentes motorisations. Nous allons donc les classer en trois catégories que sont les thermiques, les hybrides et les électriques.

THERMIQUES
Essence - Diesel - CNG - LPG
Les moteurs thermiques sont des moteurs à combustion interne, c’est-à-dire qu’ils brûlent un mélange d’air et de carburant à l’intérieur d’une chambre de combustion. Les plus courants utilisent comme carburant l’essence, le diesel, le LPG (Gaz de pétrole liquéfié) ou le CNG (Gaz naturel compressé ou gaz de ville). Leur grand avantage est la maîtrise totale de leur technologie et la grande densité énergétique de leur réservoir de carburant (contrairement aux batteries électriques). Leurs inconvénients sont leur rendement énergétique assez faible (35% en moyenne), les émissions nocives de leur gaz d’échappement (HC, NOx, PM) et le CO2 généré par la combustion qui est considéré comme un des facteurs du réchauffement climatique. De ces quatre carburants, seul le CNG peut être considéré comme une solution alternative car il émet aussi peu de CO2 que le diesel et beaucoup moins de gaz polluant. De plus, il existe des filières produisant du biogaz à partir d’énergies renouvelables (ex. biomasse, éolienne) ce qui, combiné à la technologie relativement simple et abordable du moteur CNG, pourrait représenter une bonne alternative pour le moyen terme. Le problème c’est qu’il est peu diffusé au Luxembourg (4 stations) et en Europe pour des raisons géopolitiques notamment !

HYBRIDES
Mild Hybrid - Full Hybrid - Plug-in Hybrid
Une motorisation est dite hybride (HEV) lorsque le véhicule qui en est équipé utilise à la fois un moteur thermique et un (ou plusieurs) moteur électrique pour entraîner directement ses roues. Le précurseur moderne est la Toyota Prius qui, dès ses débuts en 1997, était une « Full Hybrid ». À ce propos notons que la différence entre une « Mild Hybrid » et une « Full Hybrid » réside dans le fait que la « Mild Hybrid » joue uniquement un rôle d’assistance à l’accélération et ne permet pas de rouler sur la seule énergie électrique. C’était par exemple le cas de la Honda Insight dont le moteur et la batterie électriques étaient plus petits que ceux de la Prius, logiquement elle était moins chère mais aussi moins économe en carburant. Les « Mild Hybrid » ont disparu de l’offre mais reviendront très bientôt avec les nouveaux systèmes 48 Volts qui vont généraliser l’hybridation. Au sommet de la hiérarchie on trouve les « Plug-in », soit les hybrides rechargeables (PHEV) qui sont la solution retenue par la plupart des constructeurs. Pour pouvoir se recharger sur secteur, ces véhicules utilisent une plus grosse batterie que les hybrides classiques qui ne se rechargent qu’au freinage ou avec le moteur thermique. Le premier avantage est non seulement de pouvoir rouler plus de 30 km en mode 100% électrique (les hybrides classiques ne peuvent parcourir que 2-3 km), le second étant de disposer de bonnes accélérations grâce à la réserve d’énergie de la batterie. Malheureusement cela comporte des désavantages comme un coût élevé (en moyenne 10.000 EUR de plus qu’un modèle essence) et un surplus pondéral de +/- 300 kg qui impacte l’agilité routière et le confort (sans oublier la place que prend la batterie). Bref, si la solution PHEV semble intéressante sur le papier, elle l’est moins en réalité car les faibles consommations annoncées ne se vérifient que si la batterie est chargée, sinon c’est fois 4 ou 5 ! Mais de toute façon elle n’est jamais une affaire économiquement parlant (sauf subsides) car il faudrait rouler des dizaines de milliers de kilomètres en rechargeant tous les 30-40 km pour amortir l’investissement de départ…

ELECTRIQUES
Batterie - Batterie + extension d’autonomie - Pile à combustible
Le cas des voitures 100% électriques (BEV) semble plus simple puisque qu’il a juste une batterie et un ou plusieurs moteurs électriques. Les avantages du moteur électrique sont le rendement (95%) et la simplicité. Ses inconvénients bien connus sont la faible autonomie et le temps de recharge des batteries, et même si cela s’améliore avec le temps un BEV n’est pas la solution idéale pour faire de longs déplacements autoroutiers. Cependant il existe aussi une variante qui consiste à rajouter un tout petit moteur thermique pour produire de l’électricité en cas de panne de batterie, c’est ce qu’on appelle un « Range Extender » ou EREV. C’est par exemple le cas de la BMW i3 REX qui dispose d’un moteur de scooter (650 cm3) logé sous le plancher qui se met en route lorsque sa batterie est presque vide. Finalement il y a la pile à combustible (FCEV) qui n’est autre qu’une voiture électrique pourvue d’une source d’énergie autre que la batterie classique puisqu’elle utilise de l’hydrogène stocké sous haute pression (700 bars) pour produire l’électricité dans la voiture. L’avantage est ici de disposer d’une autonomie de près de 600 kilomètres tout en pouvant faire le plein en moins de 5 minutes… sauf qu’il n’existe pas de station d’hydrogène au Luxembourg et très peu encore en Europe !

Tableau-1.PNG       Tableau-2.PNG

Maintenant que nous avons pris connaissance des différentes motorisations disponibles, que devons-nous conclure ? Qu’il n’y a pas de solution miracle et que le choix dépendra essentiellement de l’usage que nous faisons de notre voiture… et aussi de notre compte en banque! Voici nos conseils que nous formulons sous forme de tendance :


DIESEL
On roule beaucoup (>25.000 km/an) avec un maximum de route et d’autoroute et peu de ville, le diesel s’impose surtout s’il s’agit d’un gros et lourd véhicule (ex. SUV, monospace).

ESSENCE
On roule modérément (<25.000 km/an) avec un mix équilibré entre ville, route et autoroute, le moteur essence sera un bon choix mais attention aux gros SUV qui vont surconsommer car le moteur essence est plus sensible au poids et au style de conduite que le diesel.

ÉLECTRIQUE
On roule peu (10.000 km/an) et essentiellement en milieu urbain et périurbain, l’électrique BEV est la solution idéale surtout pour les voitures compactes. Par contre les parcours autoroutiers à haute vitesse sont à proscrire car la batterie se vide très vide ! Le EREV comble légèrement ce problème et rassurera si on n’a pas la certitude de charger régulièrement mais le surcoût est conséquent et les peu de modèles disponibles tendent à disparaître (BMW stoppe la production de la i3 REX en 2019).

HYBRIDE
On roule modérément (<25.000 km/an) avec une portion urbaine (ou embouteillée) importante tout en faisant de la route et de l’autoroute, l’hybride (HEV ou PHEV) est conseillée. Mais attention au PHEV qui coûte très cher et qu’il faut impérativement recharger tous les 40 km pour profiter de l’aide de la batterie sinon la consommation s’envole ! Alors HEV ou PHEV ? La réponse viendra probablement de votre compte en banque car à l’usage la consommation réelle sera équivalente (à cause de la difficulté de recharger tous
les 40 km). De plus, comme les HEV ont des batteries 4 à 6 fois plus petites que les PHEV, leur impact écologique pour leur production et leur recyclage est moindre.

CNG
C’est le carburant fossile de transition idéal à moyen terme pour les raisons citées plus haut mais son inconvénient est le peu de stations-service au Luxembourg et dans ses alentours... et il n’a pas le support des politiques ! Il peut cependant parfaitement s’appliquer aux professionnels qui disposent de flottes captives avec la possibilité d’installer sur leur site un compresseur relié au réseau du gaz de ville pour faire le plein en entreprise.

LPG
Ce carburant a l’avantage d’être meilleur marché mais présente l’inconvénient d’être dérivé du pétrole et d’être plus lourd que l’air, ce qui pose problème en cas de fuite dans des endroits confinés. D’où son interdiction dans les parkings souterrains, contrairement au CNG qui est plus léger que l’air et qui présente peu de risques. Nous ne recommandons pas le LPG.

FCEV
On ne va pas s’étendre sur le sujet car aujourd’hui seule une poignée de voitures est disponible à la vente et il n’y a pas de station d’hydrogène au Luxembourg. Mais c’est peut-être la solution du futur !


Vers le haut